I l y a un geste que tu répètes en moyenne trois fois par jour, tous les jours, et qui n’a rien d’anodin pour l’environnement : manger! En France, selon l’ADEME, l’alimentation est la première source d’émission de gaz à effets de serre (mais aussi d’autres pollutions et destructions). Cela en fait un domaine-clé de la transition écologique, où modifier tes habitudes participe activement à la préservation de la planète. Et en plus, c’est bon pour la santé…

Autrement dit, tous les jours, plusieurs fois par jour, tu as le pouvoir d’emmener le monde dans une meilleure direction (parce que chacun de tes gestes compte) grâce à la manière dont tu choisis tes aliments. C’est plutôt une bonne nouvelle, non ? Voici comment faire !

Manger de saison est un geste écolo applicable au quotidien

 

Manger de saison fait partie des petits gestes simples qui ne demandent pas d’organisation particulière et qui ont un impact considérable ! Il suffit tout simplement de connaître les aliments de saison, et tu trouveras un tableau en fin d’article.

Choisir des fruits et légumes qui correspondent à la saison en cours là où tu vis plutôt que de consommer des tomates toute l’année permet de réduire ton impact sur l’environnement, de mieux respecter ta santé (et celle des agriculteurs!) mais aussi de faire des économies !

Je t’explique comment ça marche.

Un réflexe écologique…

  • Les fruits et légumes hors saison poussent dans des serres chauffées et éclairées, reçoivent des traitements contre les maladies ou les parasites, des amendements pour enrichir la terre et demandent beaucoup d’eau… Tout cela consomme de l’énergie, notamment fossile, et provoque des rejets de produits polluants dans l’environnement (l’air, l’eau potable…).
  • Il est donc recommandé de choisir des producteurs respectueux de l’environnement dans leurs processus : pas d’engrais, d’herbicides ou de pesticides chimiques, une utilisation rationnelle de de l’eau, le respect de la biodiversité et des cycles de la nature. Ces façons de produire sont garanties par les labels Agriculture Biologie (en partie), Nature & Progrès et Demeter ; et par les pratiques comme l’agroécologie, la biodynamie… Il ne faut pas hésiter à discuter directement avec les producteurs pour connaître leurs pratiques. Ce dialogue est plus facile à établir avec quelqu’un que tu peux rencontrer en face à face, donc localement.

 

… meilleur pour la santé …

  • Les fruits et légumes de saison répondent aux besoins des êtres vivants pour faire face à la saison en question.
  • Cueillis à maturité et peu de temps avant leur mise en vente, ils contiennent plus de vitamines et de minéraux. Par ailleurs, ils ne sont en général pas traités pour la conservation, surtout s’ils sont bio, puisqu’ils seront vendus rapidement.
  • Ils ont un meilleur goût ! Ce qui accroît le plaisir de leur consommation.

 

… qui fait faire des économies…

  • Puisque produire des fruits et légumes en saison est plus facile (pas besoin de forçage ou de consommation de ressources supplémentaires) et que les quantités sont plus grandes, les fruits et légumes coûtent en général moins cher en saison.

…et qui a un impact social positif.

  • Acheter près de chez soi permet de soutenir l’agriculture locale et paysanne ainsi que le patrimoine alimentaire de sa région. Cette habitude soutien les petites exploitations et l’économie circulaire (AMAP, marchés, vente directe à la ferme, paniers…).

Manger de saison amène logiquement à avoir une alimentation plus locale

 

Les producteurs locaux qui respectent l’environnement dans leur pratique sont des producteurs de saison.

Plus les aliments viennent de loin (c’est-à-dire quand ils sont en saison dans leur partie du monde, et pas dans la nôtre), plus ils sont, la plupart du temps (mais pas toujours!), transportés rapidement (en avion, par exemple), pour ne pas s’abîmer avant d’atteindre leur destination.

Ils sont également cueillis avant maturité, ce qui diminue leur intérêt nutritionnel.

Les ressources fossiles, même si elles se raréfient, sont encore largement utilisées dans les transports.

Malheureusement, une étude récente relayée par The Guardian conclue que les morts prématurées liées à la pollution de l’air engendrée par la combustion d’énergies fossiles monte à presque 9 millions par an, dont 800 000 en Europe, soit plus que ce que les études précédentes estimaient.

Consommer local autant que possible est donc primordial.

(Pour en savoir plus sur le sujet, tu peux consulter mon article sur l’alimentation locale.)

Pour finir, en plus du local et de saison, n’oublie pas que d’autres paramètres entrent en jeu pour une alimentation plus douce envers l’environnement:

  • choisir une alimentation majoritairement végétale, si cela convient à ta bio-individualité,
  • ne pas gaspiller,
  • acheter en vrac,
  • choisir des produits issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement,
  • préférer les aliments peu ou pas transformés,
  • choisir le bon mode et les bons outils de cuisson,

Pour t’aider à avoir les fruits et légumes de saison en tête, j’ai élaboré un tableau récapitulatif que tu peux télécharger gratuitement.

Tu est infiniment plus capable que tu ne l’imagines.

Chacun de tes gestes compte!

Et maintenant, c’est à toi !

Tu peux commencer à inspirer les autres tout de suite grâce à la section des commentaires ! Laisse un commentaire ci-dessous et explique-nous :

>>>> Est-ce que tu manges principalement de saison? Depuis longtemps? Est-ce que cela a été difficile de changer tes habitudes si c’était quelque chose que tu ne faisais pas auparavant? 

>>>> Si tu ne manges pas beaucoup de saison, quelles sont les difficultés ou les freins que tu rencontres? Trouvons des solutions ensemble !