Cet article fait partie de ma série pour débuter le zéro déchet.

Retrouve les autres articles ici.

Tu te souviens de la fois où tu as déménagé et où tu t’es retrouvé dans une nouveau collège/lycée? Ou lorsque tu as changé de travail et que tu ne connaissais personne dans ton nouveau job, les bureaux étaient tout nouveaux pour toi et en plus c’était dans une nouvelle ville? Ce sentiment d’inconnu peut être stressant, et tu le connais bien. Mais tu te souviens aussi qu’après avoir franchi le pas, tu allais mieux et tu as trouvé tes marques?

Dans la vie, tout est une question d’habitude.

Ce qui paraît le plus facile n’est pas nécessairement ce qui est objectivement le plus facile.

Ce qui paraît le plus facile, c’est ce que tu connais déjà, ce qui est familier.

Tu es arrivé ici parce que tu as envie de réduire tes déchets (si tu as encore besoin d’être convaincu, lis mon article sur les bonnes raisons de réduire ses déchets).

C’est une nouvelle habitude que tu veux prendre.

Maintenant, il va falloir sortir un peu des sentiers que tu as l’habitude de parcourir, pour aller t’aventurer dans un monde mystérieux: celui des magasins en vrac.

Ces boutiques où les produits sont vendus sans emballage, et qui sont, en général, indépendantes et de petite taille, sont des alliées précieuses pour réduire tes déchets de cuisine, de salle de bain et de ménage.

Mais encore faut-il savoir comment ça marche!

Certains d’entre nous préfèrent savoir à quoi s’attendre avant de se lancer, c’est pour quoi je t’ai concocté un petit guide de survie pour savoir comment ça marche dans une boutique en vrac, pour dissiper le stress de la nouveauté et de l’inconnu!

Première étape: trouver un magasin en vrac

 

La première chose à faire est de trouver une boutique en vrac, ou même juste un rayon vrac pour commencer, à proximité de ton lieu de résidence.

Pour cela, tu peux t’aider des cartographies sur le site de Cartovrac ou de Consovrac .

Il est important que tu choisisses une épicerie vrac qui ne soit pas trop éloignée de chez toi, pour que ce soit plus facile et plus écologique de t’y rendre (par exemple, si tu peux y aller à pied, en transports en commun, ou si c’est sur le chemin du retour de ton travail, plutôt que de devoir faire 1h de voiture aller-retour juste pour ça), et que tu sois plus susceptible d’y retourner!

Tu marques des points bonus en transition écologique si tu trouves un magasin indépendant et pas une chaîne nationale, ou si c’est en direct producteur, et si tout est au moins bio (il y a mieux que le label Agriculture Biologique! Par exemple Demeter, Bio Cohérence et Nature & Progrès. On en reparlera.).

Cependant, je te l’ai déjà dit, nous ne sommes pas tous égaux en opportunités selon le lieu où nous habitons et les opportunités qui se trouvent autour de nous. Si personne n’a encore ouvert de magasin en vrac dans ton secteur, et qu’il y a un rayon vrac au supermarché du coin, commence par là.

Fait au mieux avec ce qui existe, tu verras pour la marge de progression plus tard.

Mais fait toujours au mieux dès que possible!

(Et pourquoi pas créer ta propre boutique en vrac? Des ressources ici et .)

Maintenant que tu sais où aller, nous tu vas pouvoir réfléchir à ce dont tu as besoin.

Deuxième étape: faire ta liste de courses-type

 

C’est une évidence, mais l’objectif de ta visite dans une boutique en vrac, c’est de t’approvisionner en produits dont tu as besoin pour ton quotidien, que ce soit pour te nourrir, pour ton hygiène ou pour le ménage.

Réfléchis à tes courses habituelles: qu’est-ce que tu as l’habitude de consommer, d’utiliser?

Fais une liste de tes produits habituels.

Pour t’aider, voici ce qu’on trouve généralement dans une épicerie en vrac (cela varie d’une boutique à l’autre et ce n’est pas exhaustif):

  • des produits alimentaires secs: céréales, légumineuses, noix, fruits secs, produits sucrés, produits de petit déjeuner, apéritifs, infusions, thés et cafés (à éviter!)
  • des produits alimentaires liquides: huiles, vinaigres, boissons…
  • des produits alimentaires frais: produits laitiers, voire même des légumes de maraîchers ou du pain
  • des accessoires pour l’hygiène: savon, shampooing, cosmétiques, rasoirs, brosses à dents…
  • parfois des accessoires pour le ménage: brosserie, ingrédients de produits de ménage en vrac, lessive, savon de Marseille…
  • et, bien sûr, des accessoires zéro déchets: bocaux, sacs à vrac, mouchoirs, serviettes hygiéniques lavables, coupes menstruelles, culottes de règles, gourdes en inox, bentos, pailles, livres…

 

Grâce à ta liste de courses type, tu vas pouvoir déterminer si la boutique que tu as repérée est faite pour toi.

Troisième étape: aller voir comment c’est

C’est le moment d’y aller!

Mais pas pour acheter pour l’instant, juste pour voir comment ça se passe et si ça correspond bien à tes critères.

C’est-à-dire:

– est-ce que c’est facile d’y aller?

– est-ce que les employés ou propriétaires sont sympathiques? Qu’est-ce qui a poussé les propriétaires à se lancer dans l’aventure?

– est-ce que tu trouves ce qui est sur ta liste, ou un équivalent?

– est-ce que les produits sont bio (ou mieux)?

– est-ce qu’ils sont locaux?

– est-ce que les prix te conviennent? est-ce qu’il y a un programme de fidélité?

– et surtout, d’un point de vue pratique: comment se fait la tare? *

* faire la tare: noter le poids du contenant, que ce soit un bocal ou un sac en tissu, pour le soustraire du poids total contenant + produit afin de connaître le poids du produit que tu souhaites acheter.

Est-ce qu’on peut peser ses bocaux soi-même et écrire le poids dessus, ou est-ce que ce sont les employés de la boutique qui le font? Est-ce que c’est plutôt un système d’étiquettes à code-barre?

Si la boutique a un site internet ou une page Facebook, cette information s’y trouve sûrement.


C’est le moment de ne pas hésiter à discuter un peu avec le propriétaire du magasin et/ou les employés!

Tu pourras en apprendre plus sur les produits qu’ils offrent, leur production et les producteurs, ce qui est toujours très intéressant pour savoir ce qu’on consomme.

Si la boutique te convient, tu vas pouvoir aller y faire tes courses dès que tu auras réuni le matériel nécessaire pour t’approvisionner, c’est-à-dire: des contenants!

Quatrième étape: équipe toi!

 

La règle d’or pour s’équiper en contenants, c’est d’éviter le neuf autant que possible et donc de favoriser l’occasion, la seconde main, la récupération, le DIY (pour en savoir plus, consulte le site du Défi “Rien de neuf” de Zero Waste France).

Il y a deux grandes options de contenants pour les courses en vrac: les bocaux en verre ou les sacs à vrac en tissu.

Les bocaux

 

Chine des bocaux dans les brocantes, vide-greniers, chez tes proches, réutilise les bocaux de confiture, moutarde, cornichons, conserves etc. que tu consommes, cherche des lots sur les sites d’occasion de particulier à particulier, que ce soit de la vente ou du don (Geev, donnons.org …) …

Les opportunités ne manquent pas!

Astuce: récupères-en de toutes les tailles, et pense aussi à des bouteilles qui ferment bien pour l’huile, le vinaigre…

Si tu dois en acheter des neufs, choisis-les français dans la mesure du possible (toujours dans cette perspective de local).

Alternatives aux bocaux : il y a aussi les boites en inox qui peuvent être utiles ou les boîtes en verres type Tupperware que tu as peut-être déjà pour y glisser tes repas. Pense multiusage!

 

Les sacs en tissu

 

Pour les sacs, tu peux en coudre avec du tissu de récupération (ou demander à quelqu’un que tu connais qui sais coudre de t’en fabriquer). Il y a des tutoriels sur internet, si tu as envie d’essayer, c’est à la portée des débutants!

Privilégie des matières comme le chanvre et le lin si tu les fais-toi même ou si tu les achète neuf. Oui, elles coûtent plus cher. Mais elles sont plus locales et moins concentrées en pesticides (bio ne signifie pas nécessairement sain).

Une moindre exposition à des produits chimiques de synthèse et moins de pollution (donc une meilleure santé) te coûteront moins cher sur le long terme.

C’est un investissement que tu fais pour ta santé et celle des autres. Ça n’a pas de prix.

Si tu achètes neuf: évite ces petits sacs en coton qui viennent d’Inde (local, on a dit!) qu’on voit partout, ou les sacs en matières synthétiques qui vont renforcer la pollution de l’eau aux particules plastiques à chaque lavage.

Petit point logistique!

 

 

Les bocaux, c’est lourd.

Encore plus lorsqu’ils sont chargés!

Si tu as de quoi porter des bocaux pleins (dans une sacoche à vélo, un cabas à roulettes, le coffre de ta voiture…), mets directement tes achats dans les bocaux, comme ça pas d’étape de rangement supplémentaire à la maison.

Si tu as peur que ce soit trop lourd, fais tes courses avec des sacs en tissus et transvase leur contenu dans tes bocaux à la maison. En plus, les sacs en vrac peuvent facilement se glisser dans un sac pour les avoir toujours sur soi en cas de courses inopinées.

Ouf!, ça y est! Tu as tout ce qu’il faut. Cette fois ci, c’est la bonne! Voici la dernière étape:

Cinquième étape: faire les course!

 

Le moment est finalement arrivé d’y aller! Tes premières courses en vrac!

Un dernier détail cependant: sur le chemin de la réduction des déchets, tu trouveras de nombreux sons de cloches et de multiples idées un peu partout (dans les livres, sur internet, par bouche à oreille…). Parfois, quand tu débutes (et même quand tu es déjà bien avancé) tu vas voir des produits ou entendre parler de recettes qui ont l’air pas mal sur le papier.

C’est pour ça que je veux insister sur un point important: la cohérence de ta démarche.

Dans les boutiques, il y en a pour tous les niveaux de réduction des déchets: de ceux qui découvrent à ceux qui sont engagés dans une démarche plus large.

C’est pourquoi il y a des produits qui permettent effectivement de réduire ses déchets… mais c’est leur seul aspect écolo. Ils ne sont ni minimalistes, ni locaux, ni éthiques, ni réellement bons pour la planète en dehors du fait qu’ils ne sont pas emballés. Bref: ils ne sont pas si écolos que ça.

Et je sais que tu veux réduire tes déchets pour préserver l’environnement!

Tu es infiniment plus capable que tu ne l’imagines.

Chacun de tes gestes compte.

Et maintenant, c’est à toi !

Tu peux commencer à inspirer et soutenir les autres tout de suite grâce à la section des commentaires !

Laisse un commentaire ci-dessous et explique-nous :

>>>> Si tu vas déjà faire tes courses dans une épicerie en vrac:  qu’est-ce que tu préfères dans ce système?

>>>> Si tu n’as pas encore franchi le pas: est-ce que cet article a répondu à toutes tes interrogations, ou est-ce qu’il te reste des questions? Pose les en commentaire!