La semaine dernière on a vu ce que c’était qu’être écolo, aujourd’hui, je vais te donner des pistes pour commencer.

Apprends et comprends

 

La première étape, c’est de comprendre la situation du mieux que tu peux, de savoir exactement de quoi on parle et d’avoir une vision d’ensemble.

Plus tu en sauras sur la crise environnementale actuelle, qui menace notre vie, plus tu pourras agir, et agir de façon informée, c’est-à-dire sans te faire avoir, entre autres, par le greenwashing.

Donc tu éviteras de faire tes cosmétiques maisons avec de la noix de coco et tu n’achèteras pas une voiture électrique par écologisme, puisque ça n’est pas écologique.

T’informer commence bien sûr ici, sur ecoexiste.com et sur instagram, où ma mission est de te guider dans ta transition écologique.

Mais ça se poursuit aussi sur plusieurs ressources que je t’ai listées plus bas.

Assez vite, tu devrais comprendre la nécessité d’agir et tu devrais prendre conscience de ton pouvoir et de ton rôle dans tout ça.

 

Les articles d’Ecoexiste:

 

 

Livres: deux indispensables:

 

  • Comment tout peut s’effondrer” et “Une autre fin du monde est possible“, de Pablo Servigne et. al.. Emprunte-les, cherche-les d’occasion, prête tes exemplaires autour de toi…

 

Sites internet:

 

 

Et n’oublie pas de discuter du sujet autour du toi, encore et toujours.

C’est un sujet presque tabou, et c’est l’éléphant dans la pièce.

Rien n’est plus important que d’aborder le sujet de notre survie, et c’est pourtant mal vu, on est vite taxé d’écolo chiant!

Aie de la compassion pour cette réaction, et contribue à faire changer les points de vue sur le sujet.

C’est important.

C’est ce qu’il y a de plus important.

Fais le point sur tes habitudes

 

Notre impact est la somme de ce que nous répétons chaque jour, mais aussi les conséquences de nos actions plus ponctuelles.

Première chose, pour avoir une vision d’ensemble: calcule ton empreinte écologique et ton empreinte esclavagiste (pour te rendre compte des coûts humains de tes actions. L’esclavagisme est un thème d’actualité et il est liés à l’environnement).

Sur ce point, j’attire ton attention sur le fait que, comme d’habitude, mon objectif ici n’est pas de te culpabiliser et d’utiliser cette culpabilité comme outil coercitif pour te faire agir.

Ce que je cherche, c’est à te faire prendre conscience des conséquences de tes actes et de nos actes à tous.

Parce que savoir, c’est le premier pas pour changer et s’améliorer.

La culpabilité n’a rien à faire là-dedans. Au contraire, c’est très puissant de savoir, et de reprendre le pouvoir sur son impact.

Je cherche à te redonner du pouvoir sur les conséquences de tes choix, pas à diminuer tes choix, ni te dire comment tu dois te comporter.

Ensuite, fais la liste de ce que tu consommes, comment tu te déplaces, ce que tu manges, tes loisirs… Et fais quelques recherches sur internet sur les provenances, la composition (les ingrédients), l’impact, ta banque…

Tu auras peut-être des surprises.

Quelques ressources sur Ecoexiste:

 

Apprends à changer

 

Avant toute chose, il est important que tu te sente accompagné.

Cherche la communauté.

Tu n’est pas seul à agir pour la préservation de l’environnement. Le seul fait que tu lise ces lignes signifie que nous sommes au moins deux, et tu te doutes bien que nous sommes bien plus que ça.

Alors trouve ou crée ta communauté. Que ce soit dans ton entourage ou sur internet (réseaux, forum, instagram…). Il y a plus de monde qui change et cherche à changer que tu ne l’imagines. Tu n’es pas seul à faire des efforts.

En ce qui concerne le changement des habitudes à proprement parler, ne cherche pas à supprimer une habitude, mais plutôt à la changer, à la remplacer par autre chose.

Par exemple, si tu as l’habitude de boire du café, plutôt que d’arrêter complétement de boire une boisson chaude le matin, tu peux remplacer ton café par une infusion (le thé vient lui aussi de loin, et contient aussi de la caféine), ou un substitut de café comme la chicorée. Même habitude, produit différent.

 

Quelques ressources d’Ecoexiste pour commencer:

 

Pour conclure, je tiens à t’exhorter à penser intelligemment la pratique des “petits pas”. 

Le “petit à petit sans se brusquer” est souvent mentionné lorsqu’il est question de changements écologiques, mais nous n’avons plus le temps pour ça.

Et nous sommes bien plus capables de changer que nous nous en accordons le crédit.

Essaie de faire un pas de côté, plutôt que d’être un colibri.

Evidemment, ça ne correspond pas à tout le monde, de tout changer du jour au lendemain (cependant certains le font, c’est une question individuelle). C’est plus facile, d’ailleurs, quand on a déjà bien mûri sa réflexion, qu’on s’est documenté, comme je te le recommande plus haut.

En revanche, si tu ne changes pas tout d’un coup, fait en sorte de changer de telle sorte que tu modifies une habitude ou un geste avec l’option la plus écologique possible dès le début.

Par exemple, ne passe pas du gobelet en plastique jetable au gobelet en carton jetable en te disant que c’est bon, tu as fait un effort. Passe directement à la gourde ou à la tasse (en faïence ou en inox).

Trouve la solution la plus écologique possible à ta portée et commence tout de suite par ça, plutôt que de passer par des étapes intermédiaires en commençant par le plus petit pas, ce qui fait perdre du temps et des ressources...

Tu es infiniment plus capable que tu ne l’imagines.

Chacun de tes gestes compte.

Et maintenant, c’est à toi !

Tu peux commencer à inspirer et soutenir les autres tout de suite grâce à la section des commentaires !

Laisse un commentaire ci-dessous et explique-nous :

>>>> Par où as-tu commencé ton chemin ? Raconte-nous ton histoire! Quelles sont tes astuces?