Pour terminer cette série pour débuter le Yoga, je te propose mes 10 meilleurs conseils ! Ils sont issus de l’expérience que m’ont apporté mes années de pratique, les différents professeurs que j’ai eus et les formations d’enseignant de Yoga que j’ai suivies.

Commencer avec un enseignant, pas tout seul

 

Je l’ai dit et répété dans cette série d’articles, mais l’aspect postural du Yoga ne s’apprend pas en vidéo ou avec un livre. La pratique des postures n’est pas anodine pour le corps humain, et il est important de respecter son anatomie et ses spécificités. Quand on pratique trop longtemps seul, surtout quand on débute, on peut prendre de mauvaises habitudes, qu’on ne remarque pas ou qui ne sont même pas douloureuses, mais qui peuvent avoir des conséquences sérieuses après des années pratiques. C’est pour ça qu’il est si important d’avoir un professeur en chair et en os (ou plusieurs! personne n’enseigne de la même façon, et personne ne sait tout sur l’anatomie et le Yoga).

Pour trouver le bon enseignant, je te renvoie à cet article.

Etre régulier!

 

Il ne suffit pas de faire une séance de Yoga deux fois par an pour te dire pratiquant de Yoga. L’objectif des postures et de toutes les pratiques physiques est de transformer ta façon d’être au monde. Ca ne peut pas se faire en une fois. C’est un travail, qui, progressivement, deviendra quotidien…

La régularité est le meilleur moyen de progresser. Je nuancerais d’ailleurs cette notion de progression en rappellant qu’il est plus opportun de ne pas avoir d’attentes. La pratique est un chemin, il n’y a pas d’objectifs et il n’y a pas d’arrivée.

La posture n’est pas le but

 

Ce conseil arrive en continuité de l’idée de ne pas avoir d’attentes.

On voit souvent, en particulier sur les réseaux sociaux et dans les livres, des images de postures “parfaites”. Inconsciemment, on en vient à croire qu’il s’agit de la contorsion dans laquelle on doit amener son corps… Mais tous les corps sont différents, et les postures accessibles aux uns ne le sont pas aux autres.

L’objectif du Yoga n’est pas d’avoir une pratique posturale parfaite. Le Yoga est une façon d’être au monde, et les postures sont des exercices pour s’entraîner à cet être au monde. L’objectif n’est pas de réussir parfaitement l’exécution d’un asana.

Il ne suffit pas de pratiquer les postures pour être un yogi, et il ne sert à rien de rechercher la perfection. Les postures sont un outil d’exploration de soi, de présence, et permettent de cultiver des qualités qu’il faut emmener au-delà du tapis.

Ne pas manger avant une séance

 

C’est un petit détail pratique, mais il est recommandé de ne pas prendre un grand repas juste avant sa pratique, et de ne pas boire une grande quantité d’eau non plus. Un petit en-cas est possible si la faim est vraiment présente, et tu peux boire quelques gorgées d’eau durant la séance, mais il vaut mieux ne pas interférer avec le processus de digestion, et un estomac bien rempli peut être inconfortable dans certaines postures, comme les torsions, ou les inversions.

Toujours revenir à son souffle

 

Dans certaines pratiques, comme le Vinyasa, le mouvement et le souffle sont coordonnés. Dans d’autres styles, ce n’est pas le cas. Quoi qu’il en soit, il est toujours recommandé de revenir encore et toujours au souffle pour se recentrer quand l’esprit vagabonde, ou pour tenir dans une posture exigeante ou longue, et apporter de l’oxygène aux cellules.

Savasana est la posture la plus importante

 

Arrivant à la fin de chaque séance, Savasana (la posture dite du “cadavre”, qui se pratique allongé au sol, les yeux fermés, en se relaxant complétement) est celle qui permet d’intégrer tous les bien faits de la séance. Il ne faut surtout pas la sauter, ou la négliger, c’est la plus importante!

D’ailleurs, si elle t’ennuie ou que tu veux l’éviter, c’est l’occasion d’en explorer les raisons: pourquoi cette posture crée-t-elle de l’inconfort chez toi ? Cet inconfort est-il physique, ou mental ?

Ecouter son corps

 

Il est important d’apprendre à connaître les limites de ton corps, et notamment de reconnaître la différence entre la bonne et la mauvaise douleur. La “bonne douleur” est celle que tu ressens lorsque tu dépasses un peu ta zone de confort: elle n’est pas douloureuse, elle est juste un peu inconfortable. La “mauvaise douleur” est une vraie douleur, et il faut à tout prix l’éviter. Elle fait mal, et peut se traduire par des sensations de piqûres, de brûlure, de pincement… Ce n’est pas ce que tu veux explorer, le Yoga ne doit pas faire mal.

Par ailleurs, ce n’est pas parce que ton corps peut ou pourrait aller loin dans une posture que tu dois le faire. L’objectif n’est pas d’être le plus acrobatique possible. Il n’y a pas de compétition, juste de l’exploration !

Ne pas négliger les transitions

 

Les blessures apparaissent en entrant ou en sortant des postures, bien plus souvent que dans les postures elles-mêmes. Respecte les transitions proposées par l’enseignant, ne te précipite pas. Et surtout soit attentif; c’est dans les moments de relâchement de l’attention qu’on se blesse.

Ne pas se comparer aux autres (l’enseignant, les autres élèves, les photos sur Instagram)

 

Ce point découle de l’idée que la posture n’est pas le but.

Tous les corps sont différents, et tout le monde ne pas peut adopter toutes les postures de Yoga, encore moins en allant aussi loin que les autres. Tous les pratiquants de Yoga sont différent.

Et lorsque tu observes le “produit fini” (une photo, une personne à un instant précis), tu ne vois pas le chemin qui a été parcouru pour en arriver là. Dans un cours, tu peux te retrouver à côté de quelqu’un qui pratique peut-être depuis 10 ans, qui est hyper-flexible ou qui a pratiqué la gymnastique toute son enfance. Sur les photos, tu ne sais pas combien de temps il a fallu pour que la personne entre dans une posture impressionnante, et tu ne sais pas si elle ne s’est pas fait mal en le faisant, ou si l’expérience n’a pas été, en fait, très désagréable pour elle. 

Etre patient

 

Les progrès ne viendront qu’avec la régularité. Par ailleurs, cela a déjà été dit, mais le Yoga n’est pas une compétition ou une performance. Ce qui compte est ton ressenti physique et mental, et aussi l’application des qualités développées sur le tapis en dehors du tapis, dans le reste de ta vie.

Namasté !

Tu es infiniment plus capable que tu ne l’imagines.

Chacun de tes gestes compte.

Et maintenant, c’est à toi !

Tu peux commencer à inspirer les autres tout de suite grâce à la section des commentaires ! Laisse un commentaire ci-dessous et explique-nous :

>>>> Quelles astuces ou états d’esprits sont le plus utiles pour ta pratique de Yoga ? Partage-les avec nous !