Avant de commencer:

Tu l’as vu, le titre de l’article est “comment” et pas “pourquoi” je suis passée de la voiture individuelle au vélo. Pour approfondir la question de notre usage de la voiture, je te conseille la lecture de “La fin du tout-voiture”, de Frédéric Denhez, paru aux éditions Actes Sud en 2013.

Ca fait presque 2 ans que je n’ai plus de voiture, et je m’en sors très bien. Pour des raisons personnelles, éthiques et environnementales, j’ai choisi de me séparer du véhicule de seconde main que j’utilisais dans mon ancienne profession. Le vélo est maintenant mon moyen de transport quotidien… en pleine campagne!

Cet article est là pour illustrer mon parcours, qui, comme tous les parcours, est unique et hautement personnel.

Il est là pour t’inspirer et te donner des pistes, et non pour te donner un plan universel à suivre pas à pas.

Ne perds pas non plus de vue qu’un article ne capture qu’une fraction du raisonnement, des actions et de l’identité d’une personne, et que même si je m’efforce de te livrer les points-clés de mon processus, il y a tout un monde de complexité sous la surface.

Enfin, pour un peu plus de contexte, je n’ai pas d’enfants, je travaille à mon compte, je n’ai pas de problèmes de santé particuliers et mon compagnon a le même mode de vie.

J’ai commencé par changer de vie professionnelle

 

J’avais besoin de la voiture pour travailler (les déplacements étaient l’essence même des professions successives que j’ai exercées, il n’y avait pas d’autre façon de faire).

Après quelques années, j’ai changé d’occupation professionnelle et de façon de travailler (je suis à mon compte et je peux travailler de n’importe où).

Dès lors, la voiture n’était plus nécessaire à mon quotidien, elle était en parfaite incohérence avec mes valeurs (sans parler du gouffre financier qu’elle représentait), alors je m’en suis séparée.

J’ai trouvé le bon vélo et je me suis équipée

 

Mon objectif était d’avoir un seul vélo, pour les trajets du quotidien (courses alimentaires, petites courses du quotidien, balades..) et aussi pour les voyages.

Je me suis donc orientée vers un vélo de type randonneuse, avec des portes-bagages avant et arrière. C’est un vélo résistant et confortable.

Une fois mon vélo trouvé, je me suis procurée quelques accessoires indispensables:

  • une pompe (à manomètre!) et quelques outils d’entretien de base,
  • un gilet réfléchissant et autres accessoires de sécurité/visibilité,
  • des gants (pour l’hiver) et des mitaines (pour protéger le dos des mains en été et à la mi-saison),
  • un antivol en U (de la marque Kryptonite) et des antivols de roue (des Pinhead), car à  l’époque où j’ai fait l’acquisition de mon vélo, je résidais dans une grande ville où le vol de vélo était monnaie courante,
  • des sacoches imperméables pour les courses et le voyage (les mêmes, pas de 1 objet =1 usage!)

Tu peux trouver ces objets sur Troc vélo ou sur les sites de vente en ligne entre particuliers, par bouche-à-oreille, dans les brocantes…

 J’ai déménagé à la campagne … et je continue à utiliser uniquement le vélo !

 

Il est indéniable que la campagne est le royaume de la voiture: le monde de ces dernières décennies s’est orienté dans ce sens, dans l’aménagement urbain, et toutes les zones rurales ne se prêtent pas à l’utilisation du vélo comme je le fais.

Pourtant, en combinant plusieurs facteurs (en plus des éléments évoqués précédemment), je me passe très bien de voiture :

  • Je réside à proximité d’une ville (de toute petite taille) qui contient les commerces et services de base qui me sont nécessaires (marché, producteurs, bureau de Poste, gare etc.), mais qui ne fait pas partie d’une agglomération (c’est-à-dire qu’on est dans les champs une fois qu’on passe le panneau de sortie de ville, et non dans une succession de villes de banlieue et de centre commerciaux).
  • Mon domicile se situe à une distance de vélo que je peux faire à chaque fois que c’est nécessaire, au quotidien, voire plusieurs fois par jour, de cette ville. Aller poster une lettre, prendre un train, m’acheter une pomme ne sont pas des grandes expéditions exceptionnelles à prévoir en avance.
  • J’ai complété mon équipement de vélo pour affronter tous les temps de toutes les saisons (protège-chaussures imperméables, pantalon et coupe-vent imperméables, vêtements techniques pour les voyages, le temps très chaud ou les longues distances…). Avoir le bon équipement rend bien plus agréable un trajet dans un temps qu’on peut qualifier de “mauvais”. La seule exception sont, bien sûr, le brouillard et le verglas, mais soyons honnête, ça concerne peut-être 3 demi-journées par an.

J’ajouterais que tout ça est possible grâce à un mélange de hasards (comme tout dans la vie) et de ma détermination à rendre possible mes objectifs et les circonstances de vie associées.

Je voyage aussi à vélo ou avec mon vélo

 

Pour terminer, mon vélo me sert aussi pour les voyages (ou déplacements!) à longue distance.

Je voyage à vélo au départ de chez moi, ou je combine le train et le vélo !

 

 

Pour en savoir plus sur le vélo en tant que mode de vie: les Routes de la transition.

Tu es infiniment plus capable que tu ne l’imagines.

Chacun de tes gestes compte.

Et maintenant, c’est à toi !

Tu peux commencer à inspirer et soutenir les autres tout de suite grâce à la section des commentaires !

Laisse un commentaire ci-dessous et explique-nous :

>>>> Et toi, tu utilises un vélo? Quels sont les meilleurs avantages que tu y trouves? Quelles sont tes petites astuces?

>>>> Si tu aimerais bien mais que tu n’as pas encore franchi le pas: qu’est-ce qui t’en empêche? De quels conseils aurais-tu besoin?